L’escroquerie du Traiteur

Publié le par Modeste WABI

Le recours au service traiteur pour des manifestations et banquets devient une pratique contagieuse que la société adopte volontiers pour s’adapter à l’évolution du monde. Du coup, le monde du traiteur connait un boom avec la prolifération de structures proclamant leur compétence dans ce secteur. Le bal de cette race de champions d’organisation de fête s’anime. Chacun se glorifie d’avoir le meilleur style, la saine inspiration et les plus grands cordons bleus du pays. Dans la foulée, sous le slogan dolosif de "qualité et prix", on dilate ses prétentions tout en s’égosillant.

 

Ce qu’on appelle service traiteur et qui devait garantir la réussite des réceptions abrite malheureusement un vaste réseau d’escrocs des temps modernes et de parasites qui assèchent la bourse de leurs clients et provoquent une saignée financière énorme. Les filous du traiteur débordent de ruse et d’imagination.

La recherche obsessionnelle de profits pousse quelques rustres à plutôt gâcher la fête en faisant des réserves de mets au détriment des convives alors privés de nourritures et cruellement affamés par ces mécréants. Comment des êtres normaux peuvent-ils en arriver à punir des invités et à les soumettre à la torture de la faim en pleine réception ? Le comble de l’indignité est l’agitation de certains recrutés pour servir, mais visiblement pressés d’ingurgiter sans pudeur de la nourriture sans se soucier du sort des invités. Dans bien de cas, les services traiteurs retournent éhontés, au bercail avec une quantité importante des mets prévus pour la fête. L’indigence a tôt assommé le bon sens et déguisé la mendicité.

 

L’autre escroquerie, celle non moins vicieuse réside dans la taille artificielle que le cupide responsable du service traiteur donne à la réception. Pour un tarif fixé sur une prévision de 200 invités par exemple, on présente en réalité un menu pour à peine 100 personnes et on s’adonne à des gymnastiques en versant des miettes dans les plats pour s’assurer que les 200 se partageront les rogatons de 100. Très souvent, tout se vide avant même que la majorité des invités ne se pointent aux lieux de réception. Les traiteurs sèment ainsi la déception.

 

La qualité de la cuisine est parfois souffrante : la préparation laisse à désirer. Des mets pauvres ou trop salés, mal cuits ou sans saveur. Viandes ou poissons non cuits, assaisonnés de quelques mouches ou moustiques imprudemment grillés et servis joliment. L’hygiène n’est toujours pas au rendez-vous. Ces aventuriers qui peuplent le monde du service traiteur ont un handicap, le déficit de vocation, et traînent à leur charge de graves déviances. En principe, le boulot du traiteur exige l’examen de la qualité des mets, du poisson, de la viande pour s’assurer que les espoirs sont comblés car la principale fin est de contribuer à la réussite de la fête en prenant le service en charge, en mettant sur commande à la disposition des gens ,tables et couverts. L’amateurisme doublé d’opportunisme tuent la performance.

 

Il y en a qui ont mal réglé les questions d’éducation avant de se jeter à l’eau du traiteur. Leur arrogance fait couler le langage ordurier en pleine fête. D’autres sont victimes de leur inculture et se perdent dans les gammes de boissons demandées. Le retard, autre péché de certains groupes de services traiteurs, déteint l’ambiance événementielle.

La bonne affaire de l’organisation de la réception se réalise sur la mauvaise foi et l’escroquerie. Le Refondateur de la République a décidément du pain sur la planche.



12-08-2011, Sulpice O. GBAGUIDI

 

 

Pour d'autres chroniques de sulpice Oscar Gbaguidi, veuillez suivre le lien suivant Chroniques

Publié dans Education

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article